L'immobilier de prestige se requinque à la mer

07/07/2021
Thumbnail [16x6]

La crise du Covid n'a pas ébranlé l'immobilier de prestige en France. Selon le dernier baromètre SeLoger, malgré la baisse de fréquentation de la clientèle étrangère, le prix moyen d'un bien de luxe atteint 1,5 million d'euros pour un prix moyen au mètre carré de 8.871 euros, soit une hausse de 1% sur un an.

Les prix de vente se sont notamment envolé de 55% sur un an en Gironde et de 45% dans les Pyrénées-Atlantiques. Mais c'est surtout la vue sur mer que recherchent les acheteurs.

"Un bien de prestige disposant d'une vue sur la mer (qu'il s'agisse de la Méditerranée ou de l'Océan Atlantique) valorise son prix de vente de 34% sur tout le littoral et la plus-value occasionnée atteint même +56 % pour les logements situés en première ligne sur la côte Atlantique", constate SeLoger.

A défaut de vue sur mer, les acquéreurs se rabattent sur les piscines. Sur le marché de l'immobilier de prestige, la valorisation des biens avec piscine atteint 16% pour un bien situé sur la French Riviera. Ainsi, à titre de comparaison, le prix du m² se monte, en moyenne, à 12.300 euros dans le Golfe de Saint-Tropez et à 11.460 euros à Cannes et ses alentours, contre 13.510 euros aux environs de Nice.

En France, acheteurs comme vendeurs restent confiants sur le secteur du luxe. 33% des acheteurs interrogés pensent qu'il s'agit d'un placement qui a encore gagné en sécurité depuis la crise sanitaire. D'après la dernière étude de perception de SeLoger, pour 45% des acheteurs, le marché du luxe a même gagné en attractivité.

Coté vendeurs, 8 sur 10 ont confiance dans l’aboutissement de leur projet immobilier. Ils sont même encore plus optimistes que les acquéreurs. Presque 60% d’entre eux ont d’ailleurs un projet de vente dans les six mois et 87% comptent réinvestir dans l’immobilier de prestige.